Keï Kaous

Ferenguis délivre Piran des mains de Guiv

Cette page peut présenter des erreurs qui seront bientôt corrigées. Merci pour votre compréhension.
...

Cependant Guiv regardait Keï Khosrou, attendant les ordres que le vaillant roi lui donnerait.

Il observait Ferenguis, dont les yeux étaient remplis de kat au larmes et la bouche pleine de malédictions contre Afrasiab et qui lui dit :

Ô héros qui as bravé pour nous les fatigues de cette longue route, sache que ce vieux Pehlewan est un homme sage, noble et d’un esprit brillant.

C’est lui qui nous a présenés de la mort, par l’ordre de Dieu le distributeur de la justice, le guide des hommes.

Sa tendresse a été notre asile contre le malheur et maintenant il réclame notre protection en récompense de ses bienfaits.

Accorde-nous sa grâce, ô illustre héros !

Car jamais il n’a conseillé le mal. »

Guiv lui répondit :

Ô reine des reines !

Puisse le roi de la terre rester toujours jeune !

J’ai juré par la lune et par la couronne et le trône du roi illustre, que je rougirais la terre du sang de Piran, ce s’il tombait entre mes mains au jour de la bataille. sa Keï Khosrou lui dit :

Ô héros qui ressembles au lion, ne viole pas un serment que tu as fait devant Dieu.

Satisfais ton cœur et accomplis ton serment en perçant l’oreille de Piran avec ton poignard ; et quand le sang que ton arme versera sera tombé sur le sol, tu auras satisfait en même temps à la vengeance et à la clémence. »

Le Pehlewan vit que le roi s’attendrissait sur le sort de Piran et que ses joues inondées de larmes trahissaient sa tendresse pour lui.

Il se retourna, perça avec son poignard l’oreille de Piran et se dégagea ainsi de son serment.

Piran dit alors au roi :

3G

M2 ces Je ne puis rejoindre mon armée à pied ; ordonne-lui donc de me rendre mon cheval et rappelle-toi que je te dois la vie et tout ce que je possède. »

Le roi dit à Guiv :

Ô vaillant lion, fais-moi présent de son cheval. »

Guiv dit à Piran -.

O héros de l’armée !

Comment les champs de bataille t’ont-ils rendu si paresseux ?

Si tu veux avoir ce cheval aux pieds de vent, je le lierai les deux mains avec une forte courroie, ensuite je te ferai prêter un serment so-Iennel et ne rendrai la liberté à ton corps captif que si tu promets de ne te laisser délier que par Gulschehr.

C’est elle que je choisis pour cet office, car elle est la première de tes femmes et rien de ce qui te regarde n’est un secret pour elle. »

Le Pehlewan se soumit à cette condition et racheta son cheval rapide en jurant de ne permettre à personne de le délier pendant son voyage et de réserver ce service à Gulschehr.

Alors Guiv lui lia les mains, lui rendit son cheval et le fit monter dessus.

Ferenguis et Keï Khosrou au doux visage le pressèrent tendrement contre leur cœur et Piran partit en bénissant le roi et le Pehlewan du. monde.

Dernière mise à jour : 7 sept. 2021