Dynastie des Aschkanides

Babek voit en songe l'avenir de Sasan

Cette page peut présenter des erreurs qui seront bientôt corrigées. Merci pour votre compréhension.
...

Lorsque Iskender désespéra de la vie, il exécuta avec les grands un plan qui devait faire que dorénavant personne ne se mêlât des affaires du Roum et qu’au moins un pays restât cultivé et prospère.

C’est la un des fruits excellents que produit un roi sage quand il en paraît un sur la terre.

Lorsque Dara fut tué dans le combat et que le jour fut obscurci pour sa famille, il lui restait un fils fortuné, intelligent et’vaillant, du nom de Sasan.

Voyant son père mort de cette façon, voyant la fortune des Iraniens détruite, il s’enfuit devant l’armée des Houmis et ne se laissa pas prendre dans les lacets du malheur. 2l8 Sasan mourut tristement dans l’Inde ; mais il laissa après lui un jeune fils, et, ainsi de suite, pendant quatre générations, les pères donnèrent à leurs fils le nom de Sasan.

Ils devinrent pâtres ou chameliers, luttant toute l’année contre la misère et de lourdes fatigues.

Un de ces jeunes gens partit, cherchant péniblement du travail et espérant que ses peines seraient récompensées par des trésors.

Arrivé près des pâtres de Babek, il se rendit dans la plaine, y’ trouva le chef des pâtres et lui dit :

Asctu besoin d’un homme qui veut louer son travail et qui passe par ici étant dans la misère ? »

Le malheureux fut accueilli par le pâtre en chef et s’applique à son travail jour et nuit ; étant un homme entendu, il se fit bien venir et le nouveau pâtre devint chef des bergers.

Or une nuit Babek, le fils de ltoudiab, dormait et son esprit’serein vit en rêve Sasan monté sur un éléphant de guerre, une épée indienne en main et tous ceux qui se présentaient lui faisaient hommage et faderaient.

Il établit un bon gouvernement dans le monde et délivrait les cœurs atlligés de leurs soucis.

La nuit suivante, lorsque Babel : se coucha, sa tête était préoccupée des souvenirs de ce rêve et il eut un nouveau songe dans lequel des adorateurs du feu apportèrent dans leurs mains trois feux qui tous brûlèrent devant Sasan, brillants comme le feu des temples d’Aderguschasp et de Kliarrad Mihr, étincelante comme le ciel qui tourne et nourris avec du bois d’aloès.

Babel : se réveilla et son esprit et son cœur se remplirent de projets.

Il rassembla dans son palais tous ceux qui se connaissaient en songes, tous ceux qui étaient versés dans les sciences, tous les grands qui étaient savants et de bon’conseil.

Babek leur dévoila ce qui s’était passé et leur raconta d’un bout à l’autre ses rêves.

Ses interlocuteurs l’écoutèrent attentivement ; le chef des savante demeura plongé dans des réflexions et dit à la tin :

Ô roi qui portes haut la tête !

Fais attention à l’inter--prétation de ces songes.

L’homme que tu as vu ainsi en rêve sera roi et élèvera sa tête au-dessus du soleil et si ce rêve ne se réalisait pas en sa personne, il aura un fils qui jouira de la possession du mondée Babel : se réjouit de ces paroles, il fit à chacun des présents selon son rang, puis il ordonna de faire appeler auprès de lui le chef des pâtres ; c’était un jour de frimas et le pâtre arriva près du roi, dans un manteau de laine grossière et couvert de neige et le cœur fendu parla peur.

Babek renvoya de la salle tous les étrangers et ses serviteurs mêmes et ses chefs durent la quitter.

Puis, il adressa les questions d’usage à Sasan, le reçut amicalement et le fit asseoir près de lui ; il lui demanda quelles étaient sa race et sa naissance ; mais le pâtre eut peur et ne donna aucune réponse.

À la fin il dit à Babek :

Ô DES 5. roi !

Si tu veux donner à ton pâtre une garantie pour a sa vie, je te dirai tout ce qui regarde mon origine, aussitôt que tu auras placé ta main dans la mienne et promis que tu ne me feras pas de mal ni en public ni en secret. »

Babek ayant entendu ces paroles, lui dit en invoquant Dieu, le distributeur de tout bien :

Je ne te ferai aucun mal en quoi que ce soit ; je te rendrai heureux et te tiendrai en honneur. »

Alors le pâtre dit à Babek :

Ô Pehlewan ! je suis le fils de Sasan et descendant du roi Ardeschir, le maître du monde, qui vit dans le souvenir des hommes sous le nom de Bahman et qui était le noble fils du héros Isfendiar, qui devait être le successeur de Guschtasp dans le gouvernement du monde. »

À ces paroles, Babek se mit à verser des larmes de ses yeux brillants qui avaient vu ce songe et il lui dit :

Va au bain et restesy jusqu’à ce qu’on t’apporte de nouveaux vêtements. »

Puis, il fit chercher une robe royale et un cheval avec une armure digne d’un Pehlewan, fit préparer pour Sasan un palais magnifique et l’éleva bien au-dessus de son rang de pâtre en chef.

L’avant établi dans ce palais, il lui assigna des esclaves et des serviteurs, monta sa maison en toute chose royalement et le combla de richesses ; ensuite il lui donna en mariage sa fille, qui était belle et formait le diadème sur le front de sa famille.

Dernière mise à jour : 7 sept. 2021