Ardeschir fils de Schirouï

Guraz désapprouve la prise de possession du trône par Ardeschir et le fait assassiner par Firouz, fils de Khosrou

Cette page peut présenter des erreurs qui seront bientôt corrigées. Merci pour votre compréhension.
...

Guraz, pour lequel Khosrou Parviz avait eu une ardente amitié, apprit ces nouvelles et envoya du Roum un éloquent messager porteur de ces paroles :

La couronne du vil Schirouï est dans la poussière ; puisse son âme être retenue aux enfers, puisse son tombeau être renversé !

L’œil et le cœur du monde ne verront plus jamais un roi comme Khosrou : c’est lui qui m’a donné cette principauté ; c’est de o, sa cour que je suis revenu ici pour exécuter ses ordres.

Qui aurait pensé que le grand cyprès du jardin serait étouffé par les herbes ?

Qui aurait cru que le sort arracherait ce roi de son trône, que la fortune détournerait tout à coup sa face de lui, que le ciel inconstant se déclarerait contre lui et lui ravirait sa part de bonheur dans ce monde ?

Qui aurait cru que le soleil et la lune le priveraient de sa puissance, qu’ils arracheraient à un roi tel que lui son trône et sa couronne, qu’ils livreraient la royauté à un homme comme Schirouï et précipiteraient tout le pays d’Iran dans le malheur ?

Tandis que j’étais sans nouvelles du roi Parviz, les paroles de ces méchants ont causé sa mort.

Il a péri et Ardeschir est devenu le maître de la couronne ; mais ni les jeunes gens ni les vieillards ne seront heureux sous lui.

La terre dût-elle rester sans roi, je ne veux pas d’un pareil homme sur le trône, car il ambitionne une grande puissance et compte sur une armée étrangère.

Les affaires de l’Iran ne nous donneraient-elles que tourments, je ne permettrai pas que le vent de ce pays souffle sur la tête d’Ardeschir.

Et maintenant j’arrive avec une grande armée, avec des chefs choisis dans le Roum et l’Iran ; nous verrons qui est ce ce maître de l’empire qui nourrit de pareils projets ; j’arracherai ses racines les plus profondes et il ne sera plus question pour lui de royauté. »

Après avoir expédié en toute hâte le messager rapide qui devait se rendre auprès des vieux chefs de l’armée d’Iran, il exécuta un autre dessein coupable en écrivant à Pirouz, fils de Khosrou, une lettre ainsi conçue :

Le trône du Roi des rois est obscurci et il faut qu’un chef ambitieux prenne les armes.

Peut-être pourras-tu préparer des moyens d’action, tourner ta pensée de tous les côtés, réunir ’un grand nombre de compagnons, jeunes et vieux et délivrer le monde de la domination d’Ardeschir.

Tu obtiendras ainsi l’accomplissement de tous tes vœux, tu jouiras de la sécurité et d’un heureux repos.

Mais si tu dévoiles ce secret, si tu abreuves de ’sang l’épée du combat, j’amènerai du Roum une armée si nombreuse que je rendrai le monde noir devant tes yeux.

Réfléchis profondément à mes paroles et Dieu fasse que tu ne dédaignes pas mes entreprises ! »

Lorsque Pirouz, fils de Khosrou, eut lu cette lettre et qu’il eut compris l’origine et le but des plans formés par cet homme orgueilleux, le cœur clairvoyant de l’illustre Pirouz se troubla, en cherchant les moyens de nuire à ce fils de roi.

Ardeschir l’appelait souvent en sa présence, car c’était un homme éloquent et observateur qui occupait auprès du roi la place de Destour et lui servait aussi de trésorier.

Par une sombre nuit, Pirouz se rendit au palais, il y trouva du vin brillant et des paroles douces.

Ardeschir était assis dans la salle du trône

1 avec quelques hommes jeunes et vieux ; lorsque Pirouz, fils de Khosrou, parut devant lui, on aurait dit que le roi levait son front par-dessus le ciel.

Sur l’ordre d’Ardeschir, la musique se fit entendre et la salle retentit du bruit des chansons.

Lorsque la moitié de la nuit sombre fut passée, le Sipehbed but une seule gorgée de vin, mais les compagnons du’ roi Ardeschir étaient ivres et il ne restait plus un musicien pour observer ce qui se passait.

Pirouz éloigna tous les amis du roi, et, se trouvant seul avec lui, ce traître s’élance du rideau de la porte, plaça soudain sa main sur la bouche du roi et l’y maintint jusqu’à ce que Ardeschir eût expiré.

Le palais se remplit d’hommes armés d’épées et de flèches, de jeunes gens ambitieux et de vieux guerriers, tous amis de Pirouz, fils de Khosrou.

Celui-ci dépêcha vers Guraz un messager moulé sur un dromadaire et porteur d’une longue lettre.

A l’arrivée du courrier, l’âme ténébreuse de Guraz brilla comme le soleil ; il sortit de son pays avec une armée si nombreuse que les mouches et les fourmis ne trouvaient plus de passage.

Il courut, rapide comme le vent, jusqu’à Thisifoun avec ses troupes avides de carnage ; personne parmi les Perses n’ose respirer et peu de gens restèrent dans cette ville.

Dernière mise à jour : 7 sept. 2021